J'ai reçu un cadeau vers la fin janvier. Une entreprise de messagerie aérienne avait laissé, chez moi, une lettre me demandant de leur indiquer à quel moment je serais disponible pour une livraison. Avais-je commandé quelque chose et oublié? Pourtant, je suis tellement impatiente quand je sais que j'attends un colis que je vérifie la poste... à toutes les heures. Ok, pas 24 heures sur 24, mais disons que si je sais que la livraison du courrier est encore possible, je garde très souvent les yeux rivés sur la porte. Impossible, donc, que j'aie oublié que j'aie commandé un livre. Mais quoi, alors? Et de qui?

Bien-sûr, j'ai immédiatement contacté la compagnie de messagerie pour leur dire que j'étais disponible le lendemain. Première heure. Vous ne pouvez pas venir tout de suite? Ah, dommage.

Patience...

Au moins, la dite compagnie est fiable - du moins, l'employée qui a effectué la livraison l'était. Entre 9h00 et midi, qu'on m'a dit. À 9h15 je découvrais... 'Much Depends on Dinner' de Margaret Visser. Et une note de mon bon ami P, qui visite parfois ce blogue et sait que je suis fascinée par les cultural studies et la nourriture. Je l'ai remercié par courriel, mais je profite de ce billet pour le remercier de nouveau. C'est une excellente lecture. Tellement que j'envisage - sans y avoir réfléchi dans le détail, mais bon - de faire de mon prochain projet de recherche quelque chose en lien avec la nourriture. Je ne sais pas quoi. Sur les blogues de recettes? Sur les autobus transformés en resto à patates frites, comme la patate à Carlos qu'on retrouve à Masham? Je ne sais pas. 

51LiEW0XKvL

Mais une chose est certaine: c'est ma lecture passionnée des dernières semaines. Je n'ai malheureusement pas tout le temps que je souhaiterais pour parcourir cet ouvrage, mais lentement, j'y arrive. ... quand j'aurai terminé, est-ce que vous aurez d'autres suggestions de lectures semblables pour moi?